wpf517fc27.png

© 2007-2011 Association l’étoile filante

wpcc2667a0_0f.jpg
Association loi 1901 à but non lucratif
wp1153fb13.png
wpc4fde51b_0f.jpg

EN MÉMOIRE D’UN ENFANT – Chapitre 1

 (Emile Blemont (1839, 1927)) L’Âme étoilée

  

Ce qui nous émeut tant devant le mal d’un autre,

Est-ce un pressentiment qu’il deviendra le nôtre ;

Et l’homme, en son prochain, ne plaint-il donc si fort

Que lui-même, ou l’image exacte de son sort ?

Pitié naïve ! – Un jour, dans mon passé prospère

(Comme ce jour est loin !), je vis pleurer un père

Qui, le front nu, suivait, pâle, un petit cercueil ;

Et jusqu’au fond de moi pénétra tout le deuil

Qu’il traînait sous le ciel ; et toute sa souffrance

Vint assaillir mon cœur, alors fou d’espérance.

« Quoi ? mort, son seul enfant !…) Hélas ! je devais bien,

Dès cet instant, prévoir qu’on me prendrait le mien.

EN MÉMOIRE D’UN ENFANT – Chapitre 2

 (Emile Blemont (1839, 1927)) L’Âme étoilée

  

Le soir, après avoir veillé tard sur un livre,

Quand ma lampe charbonne en son cercle de cuivre,

Quand, au loin, dans Paris silencieux et noir,

L’écho des derniers pas meurt le long du trottoir,

Je sors de mon travail fiévreux, comme d’un rêve.

Je dégage mon front de mes mains ; je me lève

Péniblement, les yeux obscurcis, l’esprit las.

A travers ma langueur minuit sonne le glas ;

Il faut se reposer, c’est l’heure coutumière.

Je pousse le fauteuil, j’emporte la lumière

Et je gagne la chambre à coucher. Mais devant

La pièce où sommeillait naguère notre enfant ;

Je crains (c’est un retour de l’ancienne habitude),

Je crains, dans ce silence et cette solitude,

De faire trop de bruit. Je marche à petits pas,

Sur la pointe du pied, tout doucement, tout bas ;

Et je m’arrête court, en suspens, immobile,

Dès que le parquet craque en la maison tranquille.

- Comme si nous l’avions toujours là ! Comme si

Notre fragile espoir, notre tendre souci,

Notre bel enfant rose, en attendant l’aurore,

Dans les blancheurs de son berceau dormait encore !